Événements

Colloque « Le primitivisme dans les avant-gardes littéraires (1898-1924) »

Du 7 au 11 septembre 2020

Organisation en cours.

 

Notes sur les Poèmes nègres de Tristan Tzara

Lors du colloque international « Traduire, transposer, composer. Passage des arts verbaux extra-occidentaux en langue française » organisé par Magali Bossi, Éléonore Devevey et Sébastien Heiniger, Jehanne Denogent évoquera le cas des Poèmes nègres de Tristan Tzara dans une conférence intitulée « Note sur l’art dada de l’appropriation. Les «Poèmes nègres» de Tristan Tzara et la notion de transfert culturel ».

Colloque numérique sur Zoom, du 27 au 29 mai.

Voir la page de l’événement sur fabula

Compte rendu « Décoloniser le primitivisme »

Nadejda Magnenat et Jehanne Denogent proposent un compte rendu de l’ouvrage de Ben Ethrington, Literary Primitivism, Stanford, Stanford University Press, 2018. Intitulé « Décoloniser le primitivisme », le compte rendu a paru sur fabula.

Découvrir le compte rendu 

 

Compte rendu « Y a-t-il un primitivisme littéraire? »

Dans le journal de la Société suisse d’études africaines, paraît un compte rendu de la Journée Cuso « Y a-t-il un primitivisme littéraire? » proposé par Émilien Tissières, étudiant de Master, programme de spécialisation Études africaines : textes et terrains (UNIL).

Découvrir le compte rendu

 

Journée Cuso « Y a-t-il un primitivisme littéraire? »

Journée de formation doctorale CUSO

Université de Lausanne, 24 octobre 2019

*

Organisation : Prof. Antonio Rodriguez (UNIL), Prof. Christine Le Quellec Cottier (UNIL), avec Jehanne Denogent, doctorante FNS-UNIL et Nadejda Magnenat, doctorante FNS-UNIL

*

Description :

À l’heure où les questions « d’appropriation culturelle » trouvent un écho fort dans nos sociétés occidentales où la relation à l’« autre » est encore empreinte de représentations dont les termes « race, sexe et classe » ne sont pas exempts, il nous a semblé pertinent de tisser des fils entre notre monde « global » contemporain et l’intérêt esthétique pour les cultures extra-européennes ou dites folkloriques en Europe, au début du XXe siècle.

Regroupés sous le terme « Primitivisme », ces liens multiples nous intéressent particulièrement dans le champ de la littérature. En effet, au moment charnière des avant-gardes à Paris au début du XXe siècle, plusieurs écrivains d’envergure – G. Apollinaire, B. Cendrars, J. Cocteau, M. Jacob, P. Reverdy, C. Einstein, en lien ou en rivalité avec de grands mouvements artistiques (symbolisme, cubisme, Dada, surréalisme) – se réfèrent à une telle notion ou à ses principes, sans que la critique ait pour l’instant suffisamment accordé d’attention à cette question pourtant centrale.

Y a-t-il un primitivisme en littérature, et si oui, de quelle façon devient-il spécifique ?

La journée proposée veut donc croiser des temporalités et des démarches esthétiques dont la création littéraire est porteuse, en invitant à des réflexions transnationales convoquant plusieurs univers linguistiques et culturels. Les invités auront l’occasion de faire partager les diverses pistes imaginées et les propositions des doctorants seront les socles à partir desquels nous souhaitons construire un réseau international qui permette d’enrichir ces réflexions sur le primitivisme littéraire, sur un mode transnational et transhistorique qui prend en compte des contextes d’époque et veut déjouer les anachronismes critiques. Ces réflexions vont accompagner le projet de recherche « Le Primitivisme au cœur des avant-gardes littéraires. 1898-1924 », soutenu par le FNRS, qui a débuté en janvier 2018 à l’Université de Lausanne.

 

Parution en octobre 2019 : Constellation Cendrars 3

Le troisième numéro de la revue d’association Blaise Cendrars, AIBC – CEBC, a paru en octobre 2019. Plus d’informations sur le site du Centre d’Études Blaise Cendrars. Vous pouvez trouver le bon de commande sur le site de l’édition Garnier, sur lequel se trouve également l’éditorial en libre consultation.

 

Parution du volume de Savoir suisse consacré à Cendrars

Seconde édition parue le 10.10.2019

Une figure incontournable et presque mythique de la modernité poétique revit en cette biographie aujourd’hui rééditée où les faits sont distingués de la légende. Les archives Blaise Cendrars, les témoignages et les recherches les plus récentes permettent à Christine Le Quellec Cottier de narrer un parcours à la fois fascinant et fiable. Et nous voici saisis par le rythme qui caractérise l’œuvre autant que l’homme. L’esprit de rupture et le besoin de renouveau dépassent les images de bourlingue, ils expliquent pourquoi ce classique contemporain continue de séduire les jeunes générations.

Voir le site de l’éditeur

Soirée inaugurale à la Fondation Held (Écublens)

Vendredi 16 mars 2018, dans le cadre du Printemps de la poésie

La Cie Poésie en Arrosoir: Vincent Held, Garance La Fata et Olivier Forel

 

Tous primitifs !

Soyons africains, fous, enfants, primitifs, acrobates ou même bretons ! Puisons aux sources de l’énergie pour transformer la poésie ! Dans le Paris cosmopolite du début du XXesiècle, les poètes se font sauvages, barbares, archaïques, et libèrent le vers par ce qu’ils considèrent les vertus du primitivisme.

Après la présentation de ce nouveau projet de recherche FNS lausannois par Antonio Rodriguez et Christine Le Quellec Cottier, Jehanne Denogent et Nadejda Magnenat, la Cie Poésie en Arrosoir a proposé une lecture mise en scène d’une sélection de textes de Guillaume Apollinaire, Blaise Cendrars, Jean Cocteau, Max Jacob, Philippe Soupault et Tristan Tzara.

 

Soirée « Tous Primitifs! » – La Cie Poésie en Arrosoir: Vincent Held et Garance La Fata